Poste à souder : comparatif, test, avis et choix du meilleur

Grille de fer forgé à construire ? Une soudure à effectuer ? Le poste à souder se révèle être d’une grande utilité lorsque vous avez de pareils projets à faire. Très pratique et efficace, cet appareil vous permet d’aller au bout de tous vos travaux et de réussir la liaison entre les métaux utilisés. A condition bien sûr de trouver l’appareil adapté à votre besoin. Alors, au fer, à la flamme ou à l’arc, lequel choisir ?

Un poste à souder pour quoi faire ?

Vue de l’extérieur, le poste de soudure est une sorte de batterie munie d’un interrupteur, d’un potentiomètre et de deux connecteurs (négatif et positif). Mais pour un utilisateur avisé, il s’agit d’un transformateur ventilé sophistiqué qui sert à allier des métaux (acier, fer, inox, aluminium) par soudure ou brasure. A cet effet, cet appareil convertit le courant alternatif qu’il reçoit en un courant continu dont vous aurez réglé l’intensité. Ce dernier pouvant être dangereux, une isolation de catégorie IP23 permet d’éviter les électrocutions et les électrisations. Toutefois, selon l’usage que vous en ferez et la température à atteindre, le poste à souder existe sur le marché en plusieurs types et marques. Chacun étant cependant caractérisé par une alimentation électrique, la tension et la puissance du courant de sortie, les capacités d’isolation et de refroidissement. Le taux de fonctionnement, les dispositifs supplémentaires ainsi que les critères de la torche à souder faisant aussi partie de ses caractéristiques.

Différents types de machine à soudure à l’arc

Utilisant soit une alimentation électrique ou soit du diesel, ces machines sont les plus durables du marché. Elles fournissent entre 4 500 °C et 25 000 °C de température et permettent de travailler tous les métaux excepté l’or, l’argent, l’étain, le zinc et le plomb. Vous pourrez ainsi obtenir une soudure inox de qualité. Vous trouverez dans cette catégorie, cinq grands postes à souder dont le groupe autonome de soudure et le poste à souder à l’arc qui délivre jusqu’à 3600 °C. Pouvant fournir jusqu’à 3600 °C de température, le Mig Mag est un appareil adapté aux travaux de haute intensité. Comme son nom l’indique, ce poste de soudure à l’arc utilise les technologies Metal Inert Gas (MIG) et Metal Active Gaz (MAG). Ce qui lui permet de proposer un soudage semi auto à bobines de fil plein-massif nécessitant un gaz inerte (Argon) et un gaz actif. Ses derniers, apportant stabilité à l’arc et meilleur de l’aspect de la soudure, la protègent de la corrosion.

Le poste à Inverter est un poste à souder qui peut être utilisé par les débutants en soudure. En effet, facilement réglable, ce dernier s’utilise même à une tension de 50 V sur des métaux de 2 à 10 mm. Par ailleurs, l’appareil permet à l’utilisateur de profiter d’un confort d’utilisation, d’une économie d’électricité et d’un meilleur aspect de soudage. Compact et léger, il peut aussi être transporté partout. De son côté, le TIG (Tungsten inert gas) est la meilleure machine à souder à arc. Il offre une qualité de soudure remarquable par sa finesse et son aspect. Pouvant fournir une puissance de 4500 °C, ces postes, généralement mixtes, utilisent une soudure MMA Inverter et une soudure TIG. L’interrupteur vous permet de sélectionner le mode idéal et de l’utiliser dans un endroit ventilé, très loin éloigné des produits inflammables.

Poste à souder à flamme : qu’est-ce que c’est ?

Embarquant tous des bouteilles de gaz différents, les appareils de cette catégorie ne nécessitent pas de branchement à un secteur électrique. Ils permettent de travailler les métaux comme le zinc, l’argent, l’or, le plomb, le cuivre, l’étain et l’acier commun ou de faire une soudure aluminium. Selon l’énergie utilisée, on distingue ceux dotés d’une lampe à souder. Ce genre fonctionne grâce à une combustion de gaz et fournit jusqu’à 700 °C de température. Comme son nom l’indique, le chalumeau oxygène-acétylène fonctionne grâce à un mélange d’oxygène et d’acétylène. Ces genres de machines sont adaptés aux travaux nécessitant une flamme de 3000 °C réglable. Ce qui permet d’obtenir un soudage bien puissant. Les postes à souder à gaz quant à eux utilisent le butane ou le propane, très facile à trouver. Ce qui leur permet de délivrer une flamme réglable pouvant atteindre les 1500 °C et dont l’intensité dure plus longtemps.

Comment reconnaître une machine à souder au fer ?

Les postes à souder au fer sont ceux recommandés lorsque vous travaillez le zinc, le plomb et l’étain. Ils comprennent les fers à souder et les stations de soudage. La particularité avec le poste à souder est qu’il faut au préalable chauffer une pointe qu’il faut ensuite diriger sur les aciers à assembler. Mais, si tous deux utilisent l’électricité, la température maximale fournie par chacun d’eux est différente. En effet, relié à un secteur électrique, le fer sur son embout permet d’atteindre une chaleur de 400 °C. De son côté, la station de soudage peut délivrer jusqu’à 5 000 °C.

Le poste à souder automatique : le véritable transformateur

Il s’agit des machines à souder qui, pour travailler, n’ont pas besoin de branchement sur un secteur électrique. En effet, il suffit de l’installer en sortie de génératrice sur un groupe électrogène, de réguler le moteur de ce dernier pour avoir la puissance de soudage souhaitée. Dès l’activation, le groupe fait fonctionner l’appareil avec de l’essence sans plomb. L’autre particularité du poste à souder autonome est qu’il est léger et proposé sous forme de brouette, facilitant ainsi le transport. Ce détail ne l’empêche pas pour autant de générer jusqu’à 500 A d’intensité.

Comment fonctionne un poste pour soudeur ?

Pour fonctionner, les postes à souder, quelle que soit la catégorie, transforment le courant fourni en courant alternatif adapté au type de travail à effectuer. Branché sur un monophasé de 220 V, ce dernier fournira moins de 200 A puissance dans le soudage. Cette intensité s’élève jusqu’à 600 A si le secteur sur lequel le poste à souder est branché est un triphasé à 380 V. Les deux connecteurs servent à accueillir la pince de masse à fixer sur la pièce à souder et la pince porte-électrode enrobée. L’électrode quant à elle est rutile ou basique en fonction de la nature du métal à souder.

Le courant fourni par le poste a souder provient d’un arc électrique dont ils sont tous dotés. En effet, à l’amorçage, ce dernier fournit une source de chaleur équivalente à ± 3600°. C’est donc cette dernière qui permet la fusion simultanée entre les bords métalliques des métaux à allier, vous permettant ainsi de faire vos travaux de soudage. Il faut par ailleurs notifier que le rendu final d’une soudure dépend plus de l’adresse de l’utilisateur que du bon fonctionnement du poste utilisé. Le refroidissement est une caractéristique très importante lors du fonctionnement. Il intervient surtout lorsque vous devez effectuer des travaux nécessitant moins d’interruption. En effet, les machines sont munies d’une ventilation augmentant considérablement la puissance de soudage et le taux de fonctionnement. A cet effet, les postes ventilés sont munis d’un simple ventilateur et les turbo-ventilés d’une turbine qui a été automatiquement réglée.

Comment choisir un bon appareil à soudure ?

Un poste de soudure efficace est celui-là qui répond correctement à votre fréquence d’utilisation et à vos besoins. Le résultat sur chaque type de métal dépend de la puissance du poste à souder que vous utilisez. Pour aboutir à de beaux résultats, il convient alors de choisir le vôtre avec pertinence et en tenant compte de certains paramètres. L’utilisation à faire est le premier critère d’achat d’une machine à souder. Elle prend en compte la nature des travaux et le type de métal à manipuler et permet de déterminer la température nécessaire à la fusion. De cette dernière dépendra alors la catégorie de la machine qu’il vous faut.

Pour éviter les mauvaises surprises, vous devez aussi vérifier la qualité de soudure offerte par le poste. Elle est caractérisée par le niveau de performance de ce dernier, sa puissance et la qualité des électrodes et du fil ou métal d’apport. Elle dépend aussi de la réunion des bons paramètres de soudage et de votre adresse. Il faudra aussi choisir poste à souder en fonction du facteur de marche. Exprimé en % à un ampérage donné, il permet de connaitre le temps de soudage et de refroidissement de l’appareil de soudure. Il faut rappeler que le facteur de marche doit être inversement proportionnel à l’intensité que vous aurez choisie. Vous pourrez aussi vérifier le type (alternatif ou continu) et l’intensité du courant délivré, la tension à vide du poste à soudure ainsi que sa taille.

Le prix  est également critère qui pèse lourd dans la balance lorsqu’on veut faire un achat. Il varie selon les caractéristiques, la performance, mais aussi d’une marque à une autre. Mais généralement, la fourchette de prix se situe entre 87 € et 8 919 €. Quant à la fréquence d’utilisation, elle vous permet de savoir s’il vous faut une machine pour soudeur occasionnelle ou une machine à souder professionnel. Si par contre votre budget ne vous autorise qu’un poste à soudure d’occasion, il y en existe de bonnes qualités. Le tout est de savoir choisir un poste à souder efficace. Pour ce faire, il est conseillé d’exiger que l’appareil porte la marque CE ou NF, sur la façade tout au moins. L’autre chose aussi importante que la marque est la fonctionnalité réelle de ce qu’on vous propose. Pour avoir le cœur net, vous devez demander au vendeur de le mettre en marche et de souder un métal devant vous. Vous devez enfin vérifier que tous les éléments importants accompagnent votre achat. Ceux-ci comprennent entre autres le porte-bobine pour conducteur, le porte-électrode, les conduits, la torche et la gaine. Quant au prix, il ne doit pas dépasser les 50 % du prix du neuf.

Quelques conseils pour entretenir un poste à souder

Acheter une machine à souder, c’est bien. La garder pendant longtemps pour vous différents travaux, c’est encore mieux. Pour y arriver, il est nécessaire d’être précautionneux dans son utilisation. Ainsi, vous devez toujours penser à la débrancher ou à la mettre hors contact quand vous ne l’utilisez pas. Cela vous évitera des pannes, des soudures de mauvaises qualités et autres ennuis en cours d’usage. De même, lorsqu’elle est encore chaude, il serait préférable de la laisser se refroidir avant de l’utiliser. Après chaque usage et une fois le poste à souder refroidi, il est recommandé de nettoyer la buse à gaz afin d’éviter la formation de taches de métaux. Ces dernières étant causées par des jets de métal en fusion lors du soudage. Vous devez également veiller à ce que la fente de sortie de la buse porte courant ne s’élargisse pas. Pendant l’utilisation, la torche à souder ne doit pas aussi tomber ni subir un choc de n’importe quel genre. Au risque de la rendre inefficace.

L’entretien, quant à lui, consiste à dépoussiérer de temps en temps le moteur de votre poste. Ce qui empêche vos transformateurs et diodes de surchauffer ou d’être l’objet de dommages avant termes. A cet effet, seul un outil sec doit être utilisé. Cela peut être un torchon, un souffleur ou carrément un appareil produisant des jets d’air. Il faudra aussi fréquemment nettoyer l’intérieur de l’appareil afin d’en extraire les couches de détritus qui pourraient s’y former. En dehors de toutes ses précautions, votre poste à souder a besoin d’entretiens spécifiques chez un technicien ayant une attestation sur la norme CEI 26-29. En dehors de l’entretien de votre machine, il est recommandé de faire preuve de précautions pour votre propre sécurité. Ainsi, vous devez vous munir d’une cagoule de soudeur, de gants souples, d’un tablier ou d’une veste de cuir. Eviter de bruler vos vêtements ou de les trouer est également conseillé.

Vous aimerez aussi :

Commenter